• Retour post électoral.

    Dans mon travail, je côtoie des personnes venues de tout horizon. Je n'ai pas à parcourir le monde car il est là, à ma portée au quotidien et je connais bien des cultures et représentation sans déplacement. Conjugués aux nationaux de plusieurs générations ou fraîchement accueillis, je voyage, en plus, dans des catégories sociales  variables comme peu peuvent s’en vanter puisque majoritairement, les mélanges sont rares. Autant dire qu’au lendemain du premier tour des élections présidentielles, j’ai  retrouvé des personnes en BESOIN de parler. Larmes au coin des yeux pour l’une choquée et incrédule, évoquant un possible retour au pays alors que sa famille est là depuis trois générations, le questionnement et la peur de cette autre qui ne comprend pas ces votes alors qu’elle est si bien accueillie par les personnes qu’elle fréquente au quotidien depuis son arrivée, l'émotion et l’incompréhension de cette autre qui a pu voter pour la première fois grâce à sa nationalité française toute fraîche et dont elle est si fière, cette autre, française et locale de naissance aux parents marocains qui ne comprend pas comment son pays peut déraper ainsi... sauf quand le regard se pose sur les cloisonnements sociaux qui se construisent et se renforcent depuis des années. Plus tous ces autres choqués. 

    J’écoutais, présente et sentant les émotions fortes devant cette situation. Puis je racontais cette anecdote de 2002:

    Au lendemain de premier tour où Jean- Marie Le Pen était arrivé au deuxième tour à la surprise générale, j’avais cours avec un groupe multiculturels composés de Turcs, Maghrébins, Bosniaques, nombreuses femmes voilées et d’autres nationalités variées qui m’échappent désormais. J'étais choquée, triste et profondément désolée de ces résultats qui ne me ressemblent absolument pas. Tous installés, je leur avais exprimé, le visage grave, mes sentiments et combien ce pays là n’était pas le mien . En face de moi, une femme turque se mit à rire et dit quelque chose que je ne compris pas. Sa voisine traduisit alors pour nous: “Que Le Pen mettent tous les étrangers dehors et la France s’arrêtera car la France a besoin de ses immigrés.” Nous avions alors ri tous ensemble tant sa remarque était pleinement juste, évidente, LÉGITIME.

    Ce souvenir reste profondément ancré dans ma mémoire et à chacun des scores de l'extrême droite en tête dans cette région complètement dépendante des étrangers voisins, son rire me revient et cela me rassérène.

    Cette année, avec cette force intérieure nourrie par ces multiples  expériences et rencontres humaines qui jalonnent ma vie personnelle et professionnelle, je me suis entendue dire à l’une de ces personnes en besoin de parler de ces résultats électoraux abominables et irrationnels: “Qui que soit notre prochain président, nous continuerons notre chemin car  ceux qui aiment les gens continueront de les aimer et cela ne changera pas”.

    Là pareillement, nous finîmes par un rire commun.

    Nous n’avons pas d’alternative: Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots." Martin Luther-King.

    En s’enfermant, en se cloisonnant, la rencontre n’a plus lieu, l’autre perd son humanité, devient un bouc émissaire.  Celui qui ne peut plus vivre dignement, satisfaire ses besoins essentiels ou qui craint de perdre ce qu’il possède  se laissera facilement tourner les yeux vers ce-s bouc-s émissaires en buvant les paroles de tel ou tel meneur capable de lui parler dans une langue qui résonne dans ses peurs.(1.) La politique est ainsi irrationnelle, le choix du candidat basé très souvent sur des délires. Quand j’entends ces votants Front National argumenter leur choix par l’opposition entre leurs difficultés quotidiennes et ces prétendus étrangers à qui tout est donné, je leur envoie de l’empathie car je suis persuadée qu’ils ne demandent qu’à vivre en paix, en sécurité avec dignité. Quand j’entends ces personnes clamer qu’il y en a assez de ces pauvres qui profitent du système, qu’eux qui travaillent mériteraient plus de considération, je leur donne de l’empathie car ils ont besoin de reconnaissance et de sécurité. Tous se trompent de responsables sous la conduite de parleurs avides de pouvoir.

    Le héros tient à faire du bruit, se faire connaître, le résistant lui agit en silence(2).  Comptez sur moi pour alimenter l’accueil, le partage, l’amour, au quotidien, tranquillement et discrètement au milieu de ces fracas absurdes. Et  nous avons TOUS à combattre et résister pour que les droits de TOUS soient respectés, que la vie de TOUS soit douce, en sécurité, que les besoins fondamentaux de TOUS soient satisfaits avec équité. Et là, croyez- moi, il n’y a plus lieu de voter pour ceux qui alimentent la peur, le rejet de l’autre, l’enfermement, la séparation.  


    1. Lire Boris Cyrulnick, Autobiographie d’un épouvantail.

    2. En référence au même auteur, Ivres paradis, bonheurs héroïques

    « BulleAdieu »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :