• Le destin, Youssef Chahine.

    index-copie-1.jpg

    Quelques films ont marqué profondément ma vie et celui- ci est en tête de liste. Je l’ai vu une dizaine de fois, je le retrouve systématiquement avec bonheur, il parle à mon cœur et illumine mes espérances. Au regard de l’actualité, je ressens l’envie d’en parler aujourd’hui.

    Au XIIème siècle, dans le Languedoc, un jeune homme, Joseph, assiste impuissant à la mort de son père, torturé puis brûlé sur le bûcher, condamné par l’Inquisition pour avoir traduit Averroès. En danger, sa mère et lui fuient vers l’Espagne ; elle meurt en route et il trouve refuge à Cordoue auprès d’ Averroès. Au même moment, le calife Al Mansour fête sa victoire sous les acclamations. Vaniteux, il ne se préoccupe que de lui- même. Ses fils ne le satisfont pas, l’aîné court les filles, son cadet passe son temps chez les gitans avec qui il danse. Un soir, ce dernier est flatté et embrigadé par des hommes dans une secte extrémiste. Il y subit lavage de cerveau, manipulation et est fanatisé sous l’égide d’un émir.

    Le philosophe, penseur, grand juge, médecin, conseiller du calife, reconnu pour sa sagesse, sa magnanimité, sa tolérance est la cible des agents de l’émir. Avides de pouvoir, ils cherchent à le décrédibiliser car il contrarie leurs plans de conquête en invitant à la réflexion, à la raison. Un de ses amis, le chanteur, Marwan est attaqué à la gorge et sauvé in extrémis grâce à Nasser, le fils aîné du calife. Al- Mansour refuse d’admettre qu’un complot existe ; aveuglé par sa vanité, il n’écoute pas les avertissements d’Averroès, il n’entend, ni ne voit les changements chez son propre fils cadet, évoque un acte isolé et ordonne la mise à mort des agresseurs. Averroès découvre les techniques d’embrigadement de la secte sur ces jeunes hommes et tente, en tant que grand juge, de ne pas les condamner à mort. Le calife réfute son jugement et les fait exécuter, Averroès sent que le danger approche et envisage de démissionner, Nasser l’en empêche.

    Marwan et sa femme Manuela remarquent le comportement étrange d’Abdallah alors que la sœur de Manuela leur apprend qu’elle est enceinte de lui. Dans la maison d’Averroès, alors que Marwan leur fait la surprise de chanter à nouveau, la bibliothèque du philosophe est incendiée, ses travaux semblent perdus ; sa vie est sauve grâce à Nasser, ses livres grâce à Joseph qui les avait cachés auparavant à la cave. Nasser tente d’ouvrir les yeux de son père en vain. Il organise la copie en plusieurs exemplaires des livres d’Averroès afin de les mettre à l’abri, sans le lui dire, Joseph part vers la France. Manuela révèle à Averroès qu’Abdallah est victime de la secte ; ils décident de le surveiller et manu militari, Marwan l’en délivre. Il restera enfermé et ligoté parmi les gitans tant qu’il est sous l’emprise de la secte. Nasser mesure l’ampleur des dégâts et se fâche avec son père.

    Lors d’un second traquenard de l’émir et ses sbires, Marwan est gravement blessé; il meurt dans les bras de Manuela, sous les yeux d’Abdallah qui enfin commence à comprendre, Averroès se met en colère. Le deuil de Marwan permet la réconciliation des fils d’Al Mansour. Au même moment, en France, Joseph réalise que les livres sont perdus à cause de l’eau, il décide de retourner en Andalousie où la dissension entre Averroès et le calife est consommée. La traitrise contre ce dernier s’organise et des soldats espagnols de mèche avec les traitres menacent le califat. Al Mansour se dispute avec son frère, accuse Averroès de ses maux, se jette dans les bras du traitre dont il ignore les plans. Nasser, désormais amoureux de la fille d’Averroès part vers l’Egypte sauver ses œuvres ; là-bas, il apprend qu’une fatwa est lancée contre Averroès et rentre urgemment. Il est alors contacté par les traitres qui lui font miroiter le trône. Joseph arrive quand les livres sont brûlés. Abdallah interpelle son père, Nasser lui raconte pour quoi et par qui il a été sollicité ; le père et ses fils font front contre les traitres. Ils rusent et Al Mansour les désigne pour partir en guerre contre les espagnols tout en préparant une attaque surprise ailleurs. Le calife reconnait son excès d’orgueil et Averroès est réhabilité.

    Ce film n’a rien à voir avec la réalité historique, c’est un acte engagé, un plaidoyer. Youssef Chahine  y explique les mécanismes de l’embrigadement, dénonce le fanatisme religieux qui sert les ambitions de personnes avides de pouvoir absolu et écrase des victimes tant dans ses rangs que dans celui de ceux qui n’adhèrent pas à son idéologie.  Le film est jalonné de pensées philosophiques appelant à la réflexion, à la mobilisation de notre intelligence pour ne pas ingurgiter n’importe quoi d’emblée (il y  aurait de quoi prendre des notes et des notes tout du long !!). C’est un appel à la résistance contre les intégrismes par les forces de l’amour de la vie, de l’intelligence, de la générosité, de la tolérance, de la loyauté, de la fidélité au- delà de nos appartenances.

    En l’occurrence, il expose de multiples visages et ce par-delà la religion, la culture, la couleur, l’origine. Les personnages sont chrétiens, musulmans, hommes, femmes, français, maghrébins, gitans, riches, pauvres. Ils ont droit à l’erreur, à la colère, à l’orgueil, certains sont à la solde de leurs ambitions illimitée, aveuglés de vanité, d’autres restent intègres jusqu’à en payer un prix très lourd. Dans l’entourage du personnage d’Averroès, ils se mêlent, s’entraident, s’aiment sans se poser la question de qui est qui ou quoi, une démonstration par l’évidence des bienfaits de l’accueil, de la tolérance et des méfaits de l’intolérance, de la fermeture d’esprit.

    Surtout, ce film démontre que la fatalité n’existe pas. Constamment, nous avons le choix d’agir et de décider. Notre libre arbitre est une réalité et si nous nous soumettons, c’est parce que nous le voulons.  Par la pensée, la réflexion, la comparaison, l’observation, l’ouverture aux autres, l’étude et aussi le cœur, nous avons les moyens de ne pas accepter ce que d’autres voudraient nous imposer. Nous avons également le droit de nous tromper, de réviser notre avis et de changer de voie.

    Je suis étonnée que si peu connaissent ce film, il a pourtant été reconnu, loué, primé et en plus de nous conduire à une réflexion du cœur, il est vivant, rebondissant. La musique y tient une place particulière et les chants de Marwan permettent par exemple des scènes de  danses joyeuses :

     
    Alli Soutak (B.O.F. Le Destin Youssef Chahine) par tealk3


     

    J’ai tenté à plusieurs reprises de partager cette magnifique leçon de vie, en vain. Certains n’y virent rien de plus qu’une curiosité pour la culture orientale qui ne les intéresse pas et ne mirent aucun effort à s’attarder sur le contenu. Tant pis pour eux. 

     

     Je ne doute pas, amis lecteurs que vous apprécierez les trésors de cette œuvre magnifique.

     

    Il est possible de le voir ici mais certaines scènes manquent. N’hésitez pas à partager votre avis, je serai heureuse de vous lire.

    « Non dépourvu.Grand remue-ménage »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Je transfère
    Vendredi 16 Août 2013 à 21:11

    Commentaires

    Héhé, eh ben moi je le connais, ce film ! Et tout comme toi il fait partie de mes références ! Et exactement pour les mêmes raisons que toi, d'ailleurs.

    En fait ce film a marqué mon adolescence. Je ne sais plus comment je l'avais découvert, mais j'ai immédiatement adhéré à son message. J'ai senti une grande résonnance avec ce en quoi je crois dans la vie. C'est un des premiers films que j'ai découvert et aimé sans que mes parents ne me l'aient fait connaître, et j'ai ressenti en le voyant qu'il parlait de ce que mon âme désirait profondément, et pas uniquement grâce à l'éducation que j'ai pu recevoir. Cette réflexion profonde qui ne s'attache pas à la simple apparence, et cette joie de vivre qui se dégage, sont les deux faces d'une même philosophie qui me parle beaucoup.

    Tiens, tu me donnes envie de le revoir ! (encore)

    Commentaire n°1 posté par Coq le 26/02/2011 à 23h24

    Même pas étonnée !

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 22h43

    ps : J'adore le passage où Abdallah est attaché et que tous dansent dehors, et qu'il finit par craquer : la danse a été la plus forte !

    Commentaire n°2 posté par Coq le 26/02/2011 à 23h27

    Oui oui !!! Quelque chose en lui lutte contre l'embriguadement qui a ravagé son esprit!! C'est dur et laborieux mais Abdallah n'en devient que plus attachant, lui qui souffrait déjà du désintérêt de son père.

     

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 22h46

    Ah bah je viens de voir que c'est justement le passage que t'as mis en vidéo ! Malgré ce qu'il dit, je suis sûre qu'il a vraiment craqué, et qu'il voulait danser...

    Commentaire n°3 posté par Coq le 26/02/2011 à 23h33

    Héhé

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 22h47

    Et un quatrième commentaire pour le prix d'un !

    Juste pour ajouter que moi non plus je n'ai pas eu plus de succès que toi en montrant ce film autour de moi...

    Commentaire n°4 posté par Coq le 26/02/2011 à 23h34

    Pfff, tu parles d'un monde!!!

    Heureusement, les grands esprits finissent par se rencontrer

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 22h47
     

    Je n'ai pas vu le film mais ton analyse m'en donne envie!

    Bon dimanche.

    Commentaire n°5 posté par Annie le 27/02/2011 à 07h04

    Tu m'en diras des nouvelles ?!

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 22h47
     

    Bonjour fée des agrumes ! j'ai voulu visionner ce film mais c'est trop fatigant pour mes yeux sur l'ordinateur (il doit me manquer un truc pour que l'image ne saute pas sur l'écran, entre deux immobilisations), et je n'arrive pas à suivre l'histoire, identifier les personnages, etc. dommage car le compte rendu était très alléchant. je garde le titre en tête pour le voir dans un cinéma d'art et essai à l'occasion ; je suis quasiment certaine qu'il me plairait beaucoup ! merci en tout cas.

    Commentaire n°6 posté par mirabelle le 27/02/2011 à 17h09

    C'est vrai que ce n'est pas idéal en streaming, autant le voir en salle sur grand écran! Je serais moi- même heureuse d'en profiter en pareille circonstance.

    Quant aux personnages, ils sont nombreux c'est vrai. J'ai résumé tout le film, cela peut déjà poser les premiers repères.

    Bon vent pour le trouver.

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 22h54

    Oui, je le connais! C'est une référence! Je me rappelle quand il passait à l'Odyssée à Strasbourg et que depuis le café à côté je le voyais à travers la vitre... (le mur du café adjacent à la grande salle est vitrée...)

    Je ne l'ai revu qu'une fois depuis et là tu m'as redonné envie!

    bises

    Commentaire n°7 posté par Troll des Forêts le 01/03/2011 à 12h28

    Nostalgie des lieux? Je te reconnais bien là, aussi loin sois tu.

    Et tu as deviné qui a refusé de se pencher sur ce film, non?

     

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 22h59
     

    Ah ! un film référence. je note. je pars demain matin mais j'essaierai en rentrant de le visionner, c'est le genre de cinéma que j'aime, mais j'avoue n'en avoir jamais entendu parler. le cinéma "commercial" noie beaucoup de belles créations et c'est bien dommage. Il me semble que le thème reflète un peu ce qui se passe en ce moment dans des pays en grande mouvance. Tu m'as l'air en forme ? à bientôt. gina

    Commentaire n°8 posté par le petit cinématographe le 01/03/2011 à 19h26

    A bientôt.

    Au fait, quand est- ce qu'on se téléphone?

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 23h00
     

    Quelle joie de vivre dans cet extrait. superbe.

    Commentaire n°9 posté par le petit cinématographe le 01/03/2011 à 19h31

    et pas étonnant de le trouver ici

    Réponse de fée des agrumes le 03/03/2011 à 23h01
     

    Bonsoir ma fée,

    Je ne connais pas ce film, mais tu me donnes furieusement envie de le découvrir !

    J'ai en revanche la chance de découvrir les films asiatiques grâce à notre festival. Mais tu as raison, la culture cinématographique que nous connaissons est très occidentalisée et l'Orient ou l'Asie n'y sont représentés que de manière minime.

    Alors, merci de ce partage,

    je t'embrasse très fort,

    Galatée

    Commentaire n°10 posté par Galatée le 07/03/2011 à 19h54
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :